Nutrition

La nutrithérapie  est née aux Etats-Unis, il y a plus de 35 ans. Elle représente une véritable révolution dans l’approche de la maladie et dans la conception même de la santé. Elle vise à optimiser la santé, les performances physiques et intellectuelles, retarder les effets du vieillissement, prévenir les risques de maladie et les traiter par des conseils alimentaires et une supplémentation active en micronutriments.

80 % de nos maux sont induits par notre mode de vie moderne et notre alimentation déséquilibrée. Le constat de l’apparition progressive d’une alimentation déficiente – et donc à risque – dans nos sociétés modernes donne d’autant plus d’importance à la nécessité de corriger, en connaissance de cause, les carences et les excès qui en découlent sur le plan micro-nutritionnel et ce en utilisant les corrections alimentaires et aussi l’apport des différents micronutriments nécessaires pour retrouver la santé ou pallier aux inconvénients d’une pathologie installée.

L’action de la nutrithérapie se situe essentiellement à 3 niveaux:

  • correction alimentaire pour chacun afin de permettre de conserver  un poids idéal et une bonne santé.
  • adaptation de l’alimentation et supplémentation pour certaines catégories de consultants (sportifs, adolescents, femmes enceintes, personnes âgées, …)
  • adaptation alimentaire et supplémentation pour de nombreux cas pathologiques (troubles cardio-vasculaires ou digestifs, ménopause, diabète, affections rhumatismales, intolérances alimentaires…)

Le but de la Nutrithérapie est donc d’augmenter l’espérance de vie en maintenant une santé optimale, en privilégiant et en stimulant ou en restaurant les fonctions physiologiques.

Les 7 réflexes essentiels à retenir et appliquer au quotidien pour « manger mieux » :

  • choisir des aliments à index glycémique bas ou modéré
  • centrer son assiette sur les végétaux (pour leurs apports en vitamines, minéraux, fibres et anti-oxydants)
  • limiter les aliments transformés (source de sucres, sel et additifs inutiles, potentiellement toxiques)
  • intégrer des graisses de qualité (bon rapport Omega 6/ Omega 3)
  • réduire le sel et augmenter le potassium
  • manger hypotoxique (éviter les colorants et additifs, favoriser les cuissons à basse température)
  • choisir des aliments à densité nutritionnelle élevée et à densité calorique faible.

L’essentiel est de faire preuve de souplesse et de tolérer les écarts occasionnels.

Rien de tel que la pratique… et pour ce faire, venez assister à nos ateliers pratiques

Notre Conseillère en Nutrition